AnimaVeg

Mouvement de promotion des Droits des Animaux et du Veganisme
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les consommateurs de viande pompent l’eau mondiale - The Guardian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bidalinouette
Admin
Admin
avatar

Age : 40
Féminin
Localisation : Stembert, Belgique
Végétarien? Végétalien? Végan? Omnivore? : Vegan
Vos animaux : Grisou, Kumquat, Savannah, Noursonne, Eden, Roméo, Foly et les 3 bb les pouics, Noisette la pinou
Humeur : Sauveuse de ptit pouics et autres
Emploi/loisirs : Cherche un emploi
Nombre de messages : 3796
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Les consommateurs de viande pompent l’eau mondiale - The Guardian   Mar 28 Oct 2008 - 10:17

D’après les scientifiques, une profonde modification dans notre alimentation pourrait être nécessaire pour permettre aux Pays en Voie de Développement de nourrir leurs populations.

Auteur : John Vidal - Traduction : Elixe.
The Guardian - Lundi 23 août 2004

Des scientifiques agronomes étudient la manière dont le monde peut au mieux se nourrir. D’après eux, les gouvernements pourraient avoir à convaincre leurs peuples de manger moins de viande en raison de la demande croissante en eau.

Afin de préserver leurs ressources en eau pour les usages domestiques et de forte valeur, les pays, dont les ressources en eau sont faibles, pourraient choisir de renoncer à cultiver au profit du commerce d’eau "virtuelle", en important de la nourriture des pays qui ont de grandes ressources en eau.

Environ 840 millions de personnes dans le monde sont en sous-nutrition. Avec deux milliards de naissances prévues dans les 20 ans à venir, trouver de l’eau pour obtenir de la nourriture sera l’un des plus grands défis qu’affronteront les gouvernements.

Actuellement, jusqu’à 90% de l’eau gérée dans le monde est utilisée pour la production de nourriture.

"En moyenne, on aura assez de nourriture pour tout le monde dans 20 ans, mais à moins de changer la manière dont nous produisons cette nourriture, on aura aussi beaucoup plus de personnes souffrants de malnutrition", indique Docteur David Molden. Le Dr Molden est l’un des principaux scientifiques de l’IWMI, International Water Management Institute (Institut international de gestion de l’eau), qui est partiellement financé par le gouvernement britannique et qui enquête sur les options mondiales pour nourrir les populations croissantes.

"L’essentiel est que le niveau des eaux souterraines s’effondre et nos rivières sont épuisées ; malgré tout, on ne s’inquiète pas de l’avenir", indique le rapport de l’IWMI.

Les comportements alimentaires de l’Ouest, qui s’appuient largement sur la viande, ont déjà de grandes répercussions sur l’environnement. Les personnes qui mangent de la viande consomment l’équivalent de 5 000 litres d’eau par jour, alors que les personnes végétariennes dans les PVD utilisent 1 000 à 2 000 litres d’eau par jour. Toute cette eau doit bien provenir de quelque part."

Le consensus qui émerge parmi les scientifiques est que cela sera à peu près impossible de nourrir les générations futures de la même manière que l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord actuellement, sans détruire l’environnement.

Un régime basé sur la viande et les légumes, vers lequel se tournent beaucoup de personnes quand c’est financièrement possible, exige plus d’eau que les céréales comme le blé et le maïs. En moyenne, 1 790 litres d’eau sont nécessaire pour faire un kilo de blé contre 9 680 litres d’eau pour faire un kilo de bœuf.

D’après le rapport de l’IWMI, les gens ne changeront pas leurs habitudes alimentaires en raison de questions d’approvisionnement en eau. "Et dans de nombreux pays sub-sahariens, où la pression concernant l’eau augmentera très rapidement dans les 20 prochaines années, les gens ont actuellement besoin de manger plus - et non moins", indique le rapport.

Anders Berntell, le directeur de l’International Water Institute basé à Stockholm, souligne : "l’approvisionnement en eau du monde de demain est un problème... beaucoup plus grand que nous n’avons commencé à réaliser."

"Nous devons réduire la quantité d’eau que nous consacrons à la production de nourriture. Le monde est simplement en train de se trouver à court d’eau."

Les recherches suggèrent que jusqu’à 24% d’eau supplémentaire sera nécessaire pour produire la nourriture mondiale d’ici 20 ans. Mais les pays qui se développent le plus vite sont incapables de consacrer plus d’eau à l’agriculture sans sacrifier les écosystèmes qui pourraient pourtant être indispensables à la production d’eau ou de poissons.

L’option d’une augmentation de commerce mondial en eau virtuelle semble logique, disent les scientifiques. Mais ils reconnaissent que cela dépend exclusivement de la capacité des pays à avoir l’argent pour importer leur nourriture. "La question est, est-ce que les pays qui seront les plus touchés par la pénurie en eau seront capables de s’offrir cette eau virtuelle", souligne le rapport.

Les meilleures options pour nourrir le monde, indique-t-il, sont une combinaison de méthodes de conservation de l’eau à la fois traditionnelles et à la pointe de la technologie. Des variétés de culture améliorées, de meilleures méthodes de labourage et une irrigation plus précise pourraient réduire la consommation d’eau et améliorer les rendements.

D’après le rapport, des graines résistant à la sécheresse, des systèmes de captage de l’eau et des technologies pour les petits terrains comme les pompes à pédale (de simples pompes à pied) offrent la possibilité d’augmenter les rendements de 100%.

Les scientifiques n’ont pas examiné l’utilisation de nourritures de type OGM qui ont été acclamées par certaines compagnies comme le moyen d’éviter la pénurie de nourriture.

"Même sans la nourriture génétiquement modifiée, dans de nombreuses parties du monde, on a le potentiel d’augmenter la productivité d’eau. Même sans les OGM, l’espoir existe", indique l’un des auteurs du rapport.

Une autre option prise en compte serait que les fermiers utilisent plus d’eaux usées urbaines pour l’irrigation. On estime que jusqu’à 10% de la population mondiale mange actuellement de la nourriture produite en utilisant les eaux usées des villes.

Les prévisions indiquent que les villes utiliseront 150% d’eau en plus dans les 20 prochaines années, ce qui sera à la fois un problème et une opportunité. "Cela signifie plus d’eaux usées mais aussi moins d’eau fraîche disponible pour l’agriculture. À l’avenir, utiliser cette eau urbaine pourrait être non plus un choix mais une nécessité", conclut le rapport.

D’après les auteurs, les gouvernements de pays de l’Ouest doivent impérativement changer leur politique : "les subventions de l’agriculture maintiennent à prix bas des matières premières mondiales dans les pays pauvres et découragent les fermiers d’investir (dans des technologies qui permettraient d’économiser de l’eau) parce qu’ils n’auront aucun retour sur cet investissement.

"Des droits concernant les terres et l’eau sont également nécessaires afin que les peuples investissent dans des améliorations à long terme."

Guardian Unlimited - Copyright Guardian Newspapers Limited 2004
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animaveg.forumactif.org
 
Les consommateurs de viande pompent l’eau mondiale - The Guardian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Viande aux rats = Cannibalisme ?
» Pour l'interdiction de la vente de viande d'écureuil en Angleterre
» par quoi remplacer la viande ????
» GAIA, Animaux en Péril et la Chaîne Bleue Mondiale: "Ani-Zoo et Unizo diffusent de la désinformation sur l'interdiction de la vente des animaux
» Chaine Bleue mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AnimaVeg :: ACTIONS :: Végéta*isme/mode de vie Vegan :: Infos Nutrition-
Sauter vers: