AnimaVeg

Mouvement de promotion des Droits des Animaux et du Veganisme
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tarasahas
Modérateur
Modérateur
avatar

Age : 27
Féminin
Localisation : Orléans (France)
Végétarien? Végétalien? Végan? Omnivore? : Vegan
Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques   Mar 14 Juil 2009 - 15:18

Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques*

Thomas AB Sanders, PhD
(Traduit de l'anglais par Camille Contreras - tarasahas@veganmail.com)


* Du "Department of Food and Nutritional Sciences", King's College, University of London, London, UK.

Résumé :

Des études longitudinales[a] ont été menées à propos de la croissance et du développement des enfants nés d'une mère végétalienne et élevés avec une alimentation végétalienne.
Tous les enfants ont été allaités pendant leurs six premiers mois et dans la plupart des cas durant la deuxième année de leur vie également. La majorité des enfants ont grandi et se sont développés normalement, mais avaient tendance à être plus petits et plus légers que la moyenne.
Leurs apports en énergie, en calcium et en vitamine D étaient généralement en-dessous des quantités recommandées. Toutefois, en général, leur alimentation était satisfaisante mais quelques enfants avaient des apports faibles en riboflavine et en vitamine B12. La majorité des parents étaient conscients de la nécessité de complémenter ce type d'alimentation en vitamine B12.
Nous pouvons en conclure que, à condition qu'une attention suffisante soit portée, une alimentation végétalienne peut subvenir à une croissance et un développement normaux.
Am J Clin Nutr 1988;48:822-5


Mots-clés : Végétarisme, croissance, développement, enfants.


Introduction :

Des problèmes dûs à une alimentation inadéquate sont plus susceptibles de se déclarer chez les enfants que chez les adultes. Proportionnellement à leur masse corporelle, leurs besoins sont plus importants et ils ne peuvent exercer le même contrôle que les adultes sur ce qu'ils mangent.
La question soulevée par le végétalisme est : comment les nutriments habituellement fournis par des produits d'origine animale peuvent-ils être fournis par des alternatives végétales ?
Presque tous les nutriments peuvent être fournis par des aliments végétaux. Les exceptions sont le rétinol, la vitamine B12, la vitamine D, la carnitine[c], la taurine[d], et les acides gras poly-insaturés C20-22, comme l'acide arachidonique (20:4ω6), l'acide éicosapentaénoïque (20:5ω3) et l'acide docosahexaenoïque (22:6ω3)[e]. Toutefois, le rétinol peut être dérivé des caroténoïdes[f], qui sont abondants dans les aliments végétaux.
La taurine et la carnitine peuvent être nécessaires pour l'alimentation de très jeunes bébés tout comme certains acides gras poly-insaturés. Cependant, étant donné que ceux-ci sont fournis par le lait maternel[1,3], cela ne pose pas de problème si les enfants sont nourris au sein. Le régime végétalien doit être complémenté en vitamine B12 ainsi qu'en vitamine D dans les régions où l'exposition au Soleil est limitée.


Les écueils connus :


Les trois dangers majeurs d'une alimentation végétalienne pour les enfants sont des carences en vitamine B12 et D ainsi qu'une masse corporelle insuffisante. Cette dernière limite la quantité d'énergie pouvant être consommée.
En général, les aliments d'origine animale ainsi que les graines sont denses en énergie tandis que les fruits et légumes sont peu énergétiques. Par conséquent, si le régime comprend une proportion trop importante de fruits et légumes, il sera peu énergétique. Bien qu'un régime volumineux puisse être avantageux pour des adultes souhaitant perdre du poids, il peut avoir des conséquences désastreuses pour un enfant en pleine croissance ayant besoin d'une alimentation dense en énergie.
La vitamine B12 n'est présente qu'en très faibles quantités dans les régimes végétaliens non complémentés4 et des carences peuvent en résulter[5-7]. Le fait que des carences en vitamine B12 puissent se manifester étant reconnu, beaucoup de végétaliens prennent maintenant des compléments ou consomment des aliments enrichis en B12. Des carences en cette vitamine peuvent également survenir chez des bébés nourris au sein si l'apport maternel est insuffisant[8]. Les mères ne se complémentant pas en vitamine B12 présentent des taux faibles de vitamine B12 dans leur lait (J Hughes, observations non publiées, 1980). On ne saurait assez insister sur la nécessité pour les végétaliens de se complémenter en vitamine B12.
Des cas de rachitisme ont occasionnellement été signalés chez des enfants végétaliens. Les sources de vitamine D sont peu nombreuses mais au Royaume-Uni les margarines sont enrichies en vitamine D. La meilleure des préventions contre le rachitisme est une exposition suffisante à la lumière du soleil ou la prise de compléments en vitamine D. Les compléments synthétiques en vitamine D sont satisfaisants pour beaucoup de végétaliens.


Sujets et méthodes :


Une étude à long terme a été menée au sujet de la croissance et du développement des enfants nés de parents végétaliens et élevés végétaliens. Le végétalisme exclut la consommation de tout aliment d'origine animale, excepté le lait maternel. Les familles étudiées n'habitaient pas en agglo-mération et avaient tendance à être instruites en matière d'alimentation et réceptives aux conseils nutritionnels.
Elles suivaient un régime végétalien à l'origine pour des raisons éthiques, mais beaucoup pensaient qu'un régime végétalien est sain et équilibré.
Les enfants étaient généralement nourris exclusivement au sein pendant leurs six premiers mois puis sevrés avec une alimentation végétalienne. En général ils continuaient de recevoir le lait maternel jusqu'à leur deuxième année incluse.
L'étude a démarré en 1968 et 12 enfants végétaliens (âgés de 1 à 7 ans) ont été examinés et ré-examinés en 1973 par Pamela Mumford. Nous avons également suivi 27 enfants végétaliens nés entre 1975 et 1981. 20 de ces enfants ont été suivis depuis la grossesse car nous menions aussi des études sur la grossesse et la lactation chez les végétaliennes.
En 1980 a été menée une étude sur l'alimentation, la croissance et le développement des enfants végétaliens de moins de 5 ans. L'année dernière, nous avons effectué une étude complémentaire sur ces enfants ainsi que sur ceux initialement examinés par Pamela Mumford en 1968.
Nous avons relevé et pesé chaque jour les consommations des enfants sur des périodes d'une semaine afin d'estimer leurs apports en nutriments. Nous avons également évalué leur taux de croissance en mesurant leur taille, leur poids, ainsi que d'autres mesures anthropométriques. Dans quelques cas, nous avons également prélevé des échantillons de sang veineux[1,11] pour analyse.


Alimentation :


Céréales, légumes secs et oléagineux étaient les principales sources d'énergie et de protéines chez nos sujets. Les fruits et légumes, bien que représentant environ 2/5 du poids de nourriture ingérée, n'apportaient qu'une faible contribution en protéines et en énergie. Les céréales étaient principalement consommées sous forme de pain complet, habituellement agrémenté de pâte à tartiner, comme du beurre de cacahuètes, du tahin[g], de la margarine végétale ou du concentré de levure[h].
Du lait de soja ainsi que des laits d'oléagineux faits maison étaient utilisés comme alternative au lait. En général, on servait aux enfants un large éventail de plats à base de légumes et de légumineuses et, dans la plupart des familles, une ration généreuse de fruits et de salades. Les confiseries n'étaient pas expressément interdites, quoique apparemment rarement consommées.
Entre les repas, les enfants étaient pour la plupart autorisés à manger des casse-croûte ; habituellement composés de pain ou de biscuits, de fruits et d'oléagineux. Le sucre raffiné était toléré dans beaucoup de familles, mais la mélasse ainsi que les fruits secs étaient beaucoup utilisés.
La majorité des enfants avaient des apports en énergie plus faibles que les AJR[12]. Ceci n'est guère étonnant étant donné que de nombreux enfants non-végétariens n'atteignent pas non plus les AJR. Cependant, les apports en énergie chez les enfants végétaliens étaient plus faibles que ceux mesurés chez les enfants non-végétariens[13]. Cette différence est plus marquée dans le groupe des 2-4 ans (cf. Tableau 1). Les protéines fournissaient au minimum 10% de l'énergie chez tous les enfants. Les régimes végétaliens fournissaient en moyenne 30% de l'énergie à partir des matières grasses (en variant de 16 à 39%). Les apports en Calcium avaient tendance à être inférieurs aux apports recommandés (avec une moyenne de 52%, et variant de 28 à 85%) chez beaucoup d'enfants en raison de l'absence de produits laitiers dans leur alimentation.
Les oléagineux et les légumineuses étaient les principales sources alimentaires de calcium. Un peu de calcium peut également être fourni par l'eau. Comme chez les enfants non-végétariens, les apports alimentaires en vitamine D étaient inférieurs aux AJR.
La majorité des parents étaient conscients de la nécessité pour leur enfant d'être suffisamment exposé à la lumière du Soleil, surtout en hiver. Quelques-uns leur donnaient des compléments en vitamine D. La plupart des parents avaient également conscience de la nécessité de donner à leurs enfants des compléments en vitamine B12 ou des aliments en contenant.
La majorité des enfants avaient des apports en vitamine B12 (entre 20 et 1695% des AJR, avec une moyenne de 280%) et en fer (entre 108 et 200%, avec une moyenne de 142%) plus élevés que les AJR. Dans les régimes végétaliens, la densité moyenne en nutriments (exprimée en nutriments/1000 kcal) était plus élevée que la moyenne au Royaume-Uni pour la majorité des nutriments, excepté pour le calcium et les matières grasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jyotir.deviantart.com
Tarasahas
Modérateur
Modérateur
avatar

Age : 27
Féminin
Localisation : Orléans (France)
Végétarien? Végétalien? Végan? Omnivore? : Vegan
Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques   Mar 14 Juil 2009 - 15:18

Croissance et développement :

La taille, le poids ainsi que la circonférence de la tête et de la poitrine étaient normaux pour la majorité des enfants. Une enfant montrait des signes évidents de malnutrition à l'âge de 13 mois et souffrait de troubles allergiques. Lorsqu'elle fut ré-examinée à l'âge de 8 ans, sa croissance s'était rétablie et sa taille ainsi que son poids atteignaient 75% des standards pour son âge.
Les filles avaient tendance à se situer en-dessous du 50ème centile pour le poids. Les garçons, eux, avaient plutôt tendance à se situer en-dessous du 50ème centile pour le poids et la taille (Fig. 1 à 4). Les analyses sanguines ont révélé une formation normale du sang[13]. Les développements intellectuel et physique des enfants semblaient tout à fait normaux.


Débat :


Bien que la croissance et le développement des enfants végétaliens soient normaux, ces derniers ont tendance à être plus petits et plus légers que les enfants non-végétariens. La différence est plus marquée chez les garçons. On pourrait soutenir que les standards[14] à partir desquels sont faites les comparaisons ne sont pas bien choisis car ils sont issus d'une population majoritai-rement nourrie au biberon.
Toutefois, le fait que la différence soit plus marquée parmi les garçons que parmi les filles suggère que ce soit un effet du régime végétalien. Cette différence de taille pourrait être due soit à la quantité d'énergie absorbée, soit à la qualité de l'alimentation.
Une insuffisance en protéines semble peu probable, car les enfants tiraient leurs protéines de sources complémentaires. On pense à l'heure actuelle que l'énergie nutritionnelle est un facteur déterminant le taux de croissance. Les apports en énergie chez les enfants végétaliens étaient largement inférieurs aux AJR et cette différence était plus marquée dans le groupe des 2-4 ans.
Le fait que les enfants végétaliens aient une alimentation pauvre en matières grasses a pour conséquence de faibles apports en énergie. Bien que des apports faibles en matières grasses soient souhaitables chez des adultes, des apports plus importants sont bénéfiques pour les nourrissons et les jeunes enfants car elles augmentent la densité en énergie de l'alimentation.
Fruits et légumes constituent souvent une proportion importante du poids total des aliments ingérés, mais ne représentent qu'une petite quantité des apports en énergie et en protéines. Les céréales, les légumineuses et les oléagineux apportent beaucoup plus de nutriments proportionnellement à leur poids. Ce sont également de bonnes sources de protéines.
Il semblerait imprudent de nourrir les jeunes enfants avec une importante quantité de fruits et légumes car cela limiterait les apports en énergie. La densité en énergie dans l'alimentation des enfants végétaliens peut être assurée grâce à la consommation de céréales, de légumineuses et d'oléagineux plutôt que de grandes quantités de fuits et légumes juteux.
Il est important de reconnaître qu'il existe des régimes végétaliens adéquats et d'autres qui ne le sont pas. La malnutrition peut résulter de l'ignorance ou
d'une mauvaise information.
Des cas sévères de malnutrition ont été signalés chez des enfants Rastafaris et végétaliens[9]. Les Rastafaris sont souvent exclus de la société de par leurs convictions. Par conséquent, les conseils nutritionnels leur sont moins accessibles.
Des cas individuels de malnutrition sévère chez des enfants ayant une alimentation végétalienne inappropriée sont occasionnellement rapportés dans des revues médicales[15]. Ces cas sont généralement très médiatisés, ce qui amène beaucoup de professionnels de la santé à considérer le végétalisme comme étant inadéquat et donc à le condamner.
Les enfants élevés avec une alimentation végétalienne peuvent grandir normalement. Rien ne prouve que leur fonctionnement intellectuel soit affaibli ou que l'alimentation végétalienne nuise à leur résistance physique. Toutefois, les parents d'enfants végétaliens doivent être attentifs afin d'éviter les embûches connues. Les associations végétariennes et végéta-liennes ont le devoir de donner des conseils nutritionnels avertis à leurs partisans.
Les professionnels de la santé, quant à eux, ont le devoir de se montrer plus tolérants envers les végétaliens. Ils suivent ce régime en accord avec des convictions très ancrées et méritent le même respect que celui accordé aux autres groupes ayant des restrictions alimentaires, comme les Juifs, les Musulmans, et les Hindous.


Fig. 1 : Tailles des filles végétaliennes comparées avec les standards pour les enfants Britanniques non-végétariens.




Fig. 2 : Poids des filles végétaliennes comparés aux standards pour les enfants Britanniques non-végétariens.




Fig. 3 : Tailles des garçons végétaliens comparées avec les standards pour les enfants Britanniques non-végétariens.




Fig. 4 : Poids des garçons végétaliens comparés avec les standards pour les enfants Britanniques.








Références




Notes du traducteur


a. Étude longitudinale : Étude qui permet de mesurer un événement chez un groupe de patients à différents moments dans le temps.
http://www.aei.ca/~bussiere/SFP/Mes%20sites%20Web/etude_longitudinale.htm

b. Rétinol : forme de vitamine A. Les carotènes contenus dans les végétaux sont des précurseurs du rétinol. http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9tinol

c. Carnitine : acide aminé. L’organisme synthétise la carnitine dont il a besoin à partir de la lysine et de la méthionine, deux acides aminés présents dans les aliments; ce processus demande également la présence de vitamine C, de fer, de vitamine B6 et de niacine (vitamine B3) et l’action de plusieurs enzymes. La carnitine joue un rôle primordial dans le transport des acides gras à longue chaîne à l’intérieur du noyau des cellules, ce qui permet la production d’énergie sous la forme d’adénosine triphosphate (ATP). Elle est donc essentielle au bon fonctionnement des muscles, y compris celui du coeur, un muscle constamment sollicité.
http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=carnitine_ps

d. Taurine : dérivé d'acide aminé soufré. Elle est naturellement présente et synthétisée par le corps humain, et plus généralement par celui de nombreux animaux. http://fr.wikipedia.org/wiki/Taurine

e. Pour plus d'informations sur les acides gras insaturés et leur notation scientifique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_gras_insatur%C3%A9

f. Caroténoïdes : On regroupe sous le terme de caroténoïde les carotènes et les xanthophylles. Ce sont des pigments plutôt orange et jaunes répandus chez de très nombreux organismes vivants. Liposolubles, ils sont en général facilement assimilables par les organismes. Ils jouent un rôle important dans la nutrition et la santé, car plusieurs sont des provitamines A, et certains présentent aussi des activités anti-cancer et antioxydantes. Ils stimulent aussi la synthèse d'anticorps.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carot%C3%A9no%C3%AFdes

g. Tahin : préparation orientale faite à partir de graines de sésame moulues et d'huile d'olive, jusqu'à obtenir une pâte lisse.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tahini

h. Concentré de levure : à base de levure de bière, riche en vitamines du complexe B.

i. Centile : En statistique descriptive, un centile est chacune des 99 valeurs qui divisent les données triées en 100 parts égales, de sorte que chaque partie représente 1/100 de l'échantillon de population.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Centile

Document d'origine :

http://www.ajcn.org/cgi/reprint/48/3/822?maxtoshow=&HITS=10&hits=10&RESULTFORMAT=&fulltext=vegan&searchid=1&FIRSTINDEX=0&sortspec=relevance&resourcetype=HWCIT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jyotir.deviantart.com
Tarasahas
Modérateur
Modérateur
avatar

Age : 27
Féminin
Localisation : Orléans (France)
Végétarien? Végétalien? Végan? Omnivore? : Vegan
Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques   Ven 24 Juil 2009 - 19:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jyotir.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Croissance et développement chez les enfants végétaliens Britanniques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Différente vitesse de développement chez aurota
» où trouver des coussin pour le cou
» maladie de lyme
» [Article] Et si ALIMENTATION et Q.I. étaient liés chez les enfants ?
» Première vraie montre pour un enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AnimaVeg :: ACTIONS :: Végéta*isme/mode de vie Vegan :: Infos Nutrition-
Sauter vers: